• Facebook
  • Twitter
  • Google +
None

La vieille maison de ma soeur

La vieille maison de ma soeur - James Krier

Je n’ai pas eu à faire beaucoup de route pour aller voir ma sœur. Elle avait acheté une propriété à moins d’une heure d’automobile de chez moi. Elle avait eu l’opportunité d’acquérir ce bien immobilier quand elle était passée chez un courtier. Elle l’avait rencontré lorsque qu’elle avait eu des soins pour un Traumatisme pied Terrebonne. Par une succession de hasards, plus incroyables, les uns que les autres, ma sœur, avait réussi à réunir la somme nécessaire à cet achat. Elle avait convaincu son conjoint de vendre une maison qu’il possédait, mais où ils n’allaient jamais. Je n’avais pas encore vu le lieu où ils habiteraient, à présent. Je savais seulement que la bâtisse avait été construite par un architecte assez connu, qu’elle avait un style résolument moderne et qu’elle ne nécessitait aucun aménagement.

J’ai failli manquer le chemin qui menait jusqu’à la demeure que je cherchais. Mon GPS m’a dirigé sur le trajet le plus court. L’embranchement n’était pas signalé, mais l’application, que j’avais téléchargée sur mon téléphone cellulaire sur les conseils de mon beau-frère, avait trouvé le chemin, mieux que moi. Encore quelques minutes au volant de mon véhicule, qui furent vite passées, puis je vis la bâtisse imposante. Perchée sur un promontoire, elle dominait le grand jardin. C’était un rectangle de verre et de pierre, comme je m’y attendais. Je n’avais jamais trop apprécié la modernité, mais la construction se révéla spacieuse, bien agencée et surtout très éclairée. J’ai tout de suite relevé les atouts de ce lieu, en tout points différent de ce à quoi je m’attendais.

Dès ma première soirée, j’ai compris que cet endroit m’avait enchanté. En me couchant, j’ai repensé à mon arrivée, aux moments de joie que j’avais eus avec mes proches, à l’atmosphère douce et confortable de chaque pièce. Vivre ici devait être un réel bonheur. J’ai noté ces premières impressions sur mon ordinateur portable. Je voulais envoyer des photographies et des commentaires à d’autres personnes de ma famille. En effet, Jacques et Annabelle ne pouvaient pas passer voir la nouvelle acquisition, ils habitent trop loin et les vingt heures de trajet nécessaires pour venir sont de plus en plus compliquées à faire pour ce couple âgé. En conséquence, j’ai promis de leur montrer ce que j’étais venu voir de mes propres yeux. Après cet envoi, j’ai fermé les yeux et je ne les ai pas rouverts avant le lendemain matin.

À propos de l’auteur :

author